Ma photo
Le vrai domicile de l'homme n'est pas une maison mais la route,et la vie elle-même est un voyage à faire à pied. Bruce Chatwin

lundi 15 septembre 2014

Roumanie Bucarrest - Orjahovo(Bulgarie)du 31.08 au 6.09.2014

                                    Roumanie

Bucarest,du 31.08 au 3.09.2014



                                                       Festival du Danube et réjouissances sont toujours à l'ordre du jour. Pas fâchés de quitter Tulcea,qui fut certes un bon port d'attache propice au repos au cours de ces 3 derniers jours,définitivement moche,désolée Maya,je peine à lui trouver un quelconque intérêt et pourtant elle nous réserve deux belles surprises.

                                                    Retrouvons Kalin,fait partie du groupe de rameurs descendant le Danube,nous l'avions rencontré bien trop brièvement déjà,lors de notre campement en leur compagnie. En ce jour il participe au triathlon, nous le voyons passer et repasser,suant à grosses gouttes sur son vélo,malgré tout joie et bonne humeur sont au rendez-vous,il fait partie de ces êtres qui illuminent le monde,savent rendre heureux,rien que par leur présence,je me sens bien triste que cette nouvelle rencontre soit encore plus brève que la précédente. Nous pensions les avoir définitivement perdus,karma en a décidé autrement,vive internet,le bonheur de revoir Barbarina et Daniel,fraîchement débarqués du bateau.Le temps d'un café et d'une gâterie avant de nous séparer à nouveau. Il est temps pour nous d'embarquer à bord du tortillard,un seul wagon cuisant sous le soleil,à destination de Bucarest,y faire voyager nos bucéphales sera gratuit,le train en Roumanie étant beaucoup plus lent et cher que le bus,il est fort peu utilisé. 5 h 30 de voyage,où plaines,champs d'éoliennes et paysages mornes défilent sous nos yeux,franchement contents d'avoir effectué ce trajet en train plutôt que sur nos bucéphales,aucun regret.






                                   Gare de Bucarest,nous y sommes attendus par Cristian(warm showers)et sa bicyclette,il fait déjà nuit,la traversée d'une partie de la ville,heureusement brillamment éclairée,à fond de train sans phare,me donne des sueurs froides,je ne peux que pousser un ouf de soulagement en étant accueillie par le beau et chaleureux sourire d'Adèla,tout est prêt pour notre venue,un plat de pâte se mitonne dès le passage de la porte,le sentiment d'être comme à la maison en compagnie de personnes que je connais depuis toujours.


                                       Bien reposés après notre séjour vacancier de Tulcea,nous sommes mieux à même de profiter des charmes de la capitale. Bucarest(2 millions d'habitants),ville fort étendue que nous avons la chance de visiter en compagnie de Cristian et Adèla,(tous deux s'exprimant parfaitement dans la langue de Molière) qui connaît son histoire sur le bout des doigts. Je ne pensais pas la cité belle,elle saura me surprendre et me charmer, par la beauté des ses nombreux vieux bâtiments superbement restaurés,mélange hétéroclite de styles et périodes,l'ère soviétique y a laissé de nombreuses traces que nous trouvons intéressantes,les personnes ayant vécu durant cette époque,les jugent épouvantables chargés de leurs histoire traumatisante.

































































                        2 septembre,journée à marquer d'une pierre blanche,mon poussin,qui je pense n'accédera jamais au statut de coq,fête en ce jour,ses 60 printemps. Journée à flâner dans les rues de la capitale,avant que je ne me mette aux fourneaux. Superbe soirée autour d'un bon repas accompagné de vin(délicieux en Roumanie),sans oublier le gâteau. Nouveau cap dans la vie de Patrick,pas forcément facile à avaler,un peu flippant,le temps passe si vite !!!!!! Mais j'ai toujours le sentiment de vivre avec un jeune Homme et quel Homme !!!!!!













































































                                                               Météo se détériorant en cette dernière journée sur Bucarest,il est bon de s'y laisser vivre tout en profitant de la présence d'Adèla et Cristian.



















Gaujani,le 4.02.2014
Etape:97 km

                                                                        Après les orages et la pluie de la veille,le temps reste maussade,la pluie menace lorsque nous quittons Adèla,Cristian et Bucarest,tous nous laisseront un magnifique souvenir. Étrange sensation en enfourchant nos montures en ce jour,certes Patrick est affublé d'une nouvelle dizaine,mais ce sont surtout les premiers vrais coups de pédale de notre vraie route retour,tout semble différent,toujours en voyage,mais notre route prend des allures de transit,et les kilomètres ne se vivent plus de la même façon,chacun d'eux nous rapprochant inexorablement de notre destination finale,et en fonction de l'humeur,ils s'avalent trop vite ou trop lentement.

                                                                             10 kilomètres à parcourir avant que ne s'annonce la sortie de la ville,où nous trouvons,la route européenne,2 voies et bandes d'urgence sur les côtés,en vélo nous ne sommes pas supposés l'emprunter,mais qui s'en soucie vraiment ???? Trafic important,nombreux camions,il pleuviote par intermittence,nous avançons gaillardement à travers cette morne plaine revêtant des airs encore plus tristounet sous le ciel bas et chagrin.




                                                                       Giurgiu,grande ville industrielle,sise sur les rives du Danube,n'a rien de vraiment très engageant,nous passons notre chemin. Retrouvons une route parallèle au Danube,que nous ne voyons toujours pas,plate et sans trafic,jalonnée de nombreuses stèles mortuaires, elle nous emmène au sein d'une très vaste plaine, à travers de nombreux villages agricoles aux énormes nids de cigognes désormais abandonnés,de temps à autres la vision d'une cigogne esseulée,nous laisse songeurs,que va-t-elle devenir,pourquoi est-elle toujours là,carrioles à cheval et ânes composent la majorité du trafic,les villageois toujours aussi avenants ne manquent pas de nous saluer au passage y allant même d'un petit mot d'encouragement.


                                                               Gaujani,la fatigue commence à se faire sentir,les ondées se font plus importantes,il est temps de mettre fin à cette étape,nous plantons notre tente dans l'enceinte de l'église,non sans avoir demandé la permission à la mairie. Qu'elle n'est pas notre surprise,lorsqu'en soirée,débarquent,le curé,sa blonde et leur fille,nous signifiant agressivement que nous sommes en situation illégale,nous demandant de quitter les lieux tout en nous menaçant d'appeler la police. Haussement d'épaule,accablée par cette agressivité gratuite,haussement d'épaules,il se fait bien trop tard pour déménager tout notre barda. Notre blonde outrée s'en va furibonde !!!!!! Inch Allah !!!!







Turnu Magurele,le 5.09.2014
Etape:92 km

                                                                               La maison poulagat n'a pas pointé le bout de son nez,malgré tout nuit agitée entre mauvais rêves et concerto canin interrompu. Matin humide,ciel jouant à Jean qui rit,Jean qui pleure,vent de travers. Route bosselée,cassante,parallèle au Danube,toujours invisible,région rurale et agricole,plate bordée de quelques collines,les kilomètres défilent bucoliquement égrenant,troupeaux de moutons,chèvres,vaches,patelins où le contact avec la population est toujours aussi chaleureux,les seuls usagers de la route étant comme bien souvent les carrioles. Chiens toujours,esseulés ou en meute,finalement rares sont les attaques,ma peur disparaît pour céder la place à la pitié,mon cœur se serre bien souvent devant ces animaux abandonnés,efflanqués,galeux,apeurés .......


                                                      Orage tonitruant,trombes d'eau,route inondée,visibilité avoisinant le zéro,trempés jusqu'aux os.... Turnu Magurele,un seul hôtel 3 étoiles,pas vraiment le choix,négociations rondement menées(100 Leu~15 €),c'est le grand luxe,dehors cela pisse dru,mais qu'importe !!!!!





















Orjahovo(Bulgarie),le 6.09.2014
Etape:90 km





                                 Ciel toujours gris,il pleuviote mollement. Turnu Magurele,bourgade sympa,nombreux espaces verts,maisons joliment cossues,samedi jour de marché hebdomadaire,l'occasion d'y acheter miel et légumes. A perte de vue,plaine agricole,un peu lassante au fil des kilomètres,les villages traversés sont pauvres,la vie semble les avoir quittés,maisons abandonnées et délabrées,une population majoritairement âgée,immenses complexes d'usines textiles affichant portes closes,images attristantes de lieux sinistrés.







                           Village d'Orlea,notre compteur kilométrique affiche 50'000 km!!!!! No comment cela gâcherait l'instant !!!!!!!


















                                          Bechet,bourgade portuaire et douanière,sans vie,seuls quelques chiens errants semblent y avoir élu domicile. Je me sens vraiment triste à l'idée de quitter la Roumanie,mais que ferions de plus en ce jour à Bechet ???? Passage de douane éclair,nous sommes les seuls clients,ticket de ferry(en fait une barge)en poche(5 Leu~1 €),nous n'avons plus qu'à attendre longuement sous le crachin en compagnie des chiens et escargot,que nous fasse traverser,la barge,aux horaires capricieux,ce fameux Danube,servant de frontière entre Roumanie et Bulgarie,nous revoilà.



























                                               Traversée d'une vingtaine de minutes,un passage de frontière toujours aussi rapide et aisé,Orjahovo,Bulgarie répétant le même scénario que sa consoeur roumaine,ville portuaire,maisons,usines,grues,entrepôts......des airs d'abandon,une histoire qui se répète à l'infini. Un hôtel restaurant inachevé,un accueil chaleureux,un café offert,une chambre confortable........pansement pour mon cœur serré d'avoir vu tant d'images attristantes en ce jour.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire