Ma photo
Le vrai domicile de l'homme n'est pas une maison mais la route,et la vie elle-même est un voyage à faire à pied. Bruce Chatwin

samedi 3 mars 2012

Vietnam Dai Lanh du 25 au 26.02.2012


                            Vietnam

Dai Lanh,du 25 au 26.02.2012
Etape:95 kms

                                         La bobine forcément de traviole après une nuit qui,pour une fois,ne fut agitée que pour nous, impressionnée par le silence nocturne quasi irréel dans ce coin du monde.
                                          Bien que partant tôt,très très tôt pour moi,le soleil est bien présent et darde déjà impitoyablement ses rayons incandescents. La journée commence en fanfare par une côte qui me semble d'une raideur cauchemardesque,je rêve de Belgique et de Hollande,songe au Yunan et au Laos(du coup je ne me sens pas si mal lotie),il n'y a plus qu'à accepter l'inexorable vérité,le Vietnam n'est pas plat,qu'on se le dise!!!!! Une petite brise dans le pif,qui ne manquera pas de forcir au fil des heures qui passent est déjà bien installée. Bon an mal an,suant,ahanant,pestant je finis par en arriver à bout,avec un brin de volonté finalement tout est possible et le jeu en valait vraiment la chandelle,la vue est splendide,la nature étale sa palette de couleurs gorgées de soleil,vert soutenu,pastel,vert jaunissant des rizières murissantes,bleu profond de la mer sur fond de chaînes montagneuses,cocoteraies,bananiers,un monde aquatique dans lequel se mirent,maisons,pont,arbres.....
                                      












                                           Notre route ondoyante et montueuse se faufile au pied des collines boisée hérissées de blocs de granit,nous laissant entrapercevoir,criques rocheuses ou sableuses,rizières jaunissantes ou déjà moissonnées à la main,champ de tapioca....La population s'affaire autour des moissons,étalant riz,tapioca,poissons,crevettes, sur le bord de la chaussée afin de les faire sécher,le tout dégageant odeurs aigres ou de petite filles négligées propres à me donner la nausée.
                                                 Petit souci du côté de mon dérailleur,les vitesses ne passent plus ou mal,Patrick tente sans succès quelques réglages,il va falloir que je patiente. Notre aquilon(vent) a forci ,que la route soit plate ou vallonnée, nous devons mouliner furieusement,l'effort est intense,la fatigue gagne, tandis que nous rôtissons sous le soleil embrasé,dommage la route est moins circulante et bruyante. En même temps que la route côtière et ses yoyos prononcés,retrouvons le flux intense de la circulation et la densité incroyable de ses camions,bus alors que se profile à l'horizon, un col qui affiche des airs de toboggans,les bras m'en tombent,je m'assied au bord de la route pour méditer sur ma condition,fumer une clope(non que cela aide) avant d'avoir le courage de remonter en selle. Les gaz toxiques se respirent à pleins poumons,les oreilles résonnent du bruit de klaxon,la conduite kamikaze de la plupart des chauffeurs me fait serrer les fesses sur la selle,devant moi j'aperçois Patrick qui fait des doigts d'honneur à tour de bras. Chemin faisant quelques beaux points de vue sur la mer de Chine méridionale,ses nombreuses îles et îlots. L'arrivée au sommet synonyme de soulagement extrême,il y trône une madone au pied de laquelle brûlent de nombreux encens,la pauvre si elle est sensée veiller sur tous les chauffeurs kamikaze qui empruntent cette route,elle a du boulot!!!!!
                                     Notre route plonge en direction de Dai Lanh,petite bourgade de pêcheur sise sur les bords d'une plage en croissant de lune,franchement pas moche. Le guest que nous recherchons n'existe plus et les autres affichent des airs plutôt cossus,tant qu'à faire nous nous aventurons dans le plus cossu d'entre eux où nous sommes accueillis par une famille extrêmement sympathique. Tandis que Patrick part à la chasse,je tourne déjà mon bucéphale côté route,je n'y crois pas,bien trop luxueux,et pourtant il revient un large sourire jusqu'aux oreilles,les négociations ont marché,une chambre luxueuse,balcon avec vue sur la mer,T.V et baignoire,le tout pour 5 €. Encore un jour où notre bonne étoile veille sur nous!!!! Notre café rituel pris sur le balcon de notre palace avec vue sur la mer a un goût de bonheur indéniable. Nous sommes morts de fatigue et nous traîner dehors en quête de notre pitance demande un effort considérable,pas évident à trouver,la tambouille n'est pas terrible mais accompagnée de notre petite bière Saïgon,qui a quelques tendances à devenir elle aussi rituelle,nous sommes Heureux!!!!!
                                     Une dernière petite clope avec vue sur la mer scintillante de lumière avant de rejoindre les bras de Morphée.














                                                 Je m'active dès le réveil à une bonne lessive,nous commencions à dégager des relents de chacals,grand jour pour nos fringues raides de crasse.  Dai Lanh,petite bourgade de pêcheurs,résonne d'une activité débordante dès 5 h du matin,calamars,poulpes,anguilles,murènes et divers poissons,finissent sur les étals du petit marché local ou les tripes à l'air en train de sécher au soleil,dieu que cela pue!!! Une petite brise matinale qui ne va pas tarder à se renforcer(je m'en fous je ne pédale pas)nous accompagnera pour notre balade sur la plage où s'étalent à même le sable un petit marché,charpentiers et peintres marines,petites échoppes,tout ce petit monde vivant dans une promiscuité incroyable,mais le pire restant,le tas d'immondices en tous genres, qui s'amoncellent sur les lieux,je me demande vraiment comment font les gens pour vivre dans une telle crasse,dommage,l'endroit pourrait être idyllique. Une population apathique autour de laquelle s'égaye une joyeuse marmaille qui batifole dans cette eau à la propreté plus que douteuse. Promenade jusqu'en bout de baie,là où les habitations ne sont plus,la saleté est un peu moins présente pour un petit plouf en toute tranquillité.
                  Lecture,sieste,tandis que je dors comme un tronc, Patrick en profitera pour une nouvelle balade et quelques clichés sympas sous un ciel qui vire au gris et se charge de nuages,parmi les pêcheurs en pleine effeversence,ils préparent leurs départ nocturne en mer.
                                          Contact sympa avec une population locale sans doute peu habituée à la venue de touristes étrangers. La pluie finira par tomber,mais nous nous en foutons nous sommes bien à l'abri dans notre hôtel de luxe,le barda déjà prêt pour un départ matinal. Dommage cela me plaisait bien d'être en vacances!!!




































Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire