Ma photo
Le vrai domicile de l'homme n'est pas une maison mais la route,et la vie elle-même est un voyage à faire à pied. Bruce Chatwin

jeudi 30 mai 2013

Nouvelle Zélande Blenheim-Wellington du 15 au 24.05.2013

                                      Nouvelle Zélande

                                        Ile du Sud

Blenheim,du 15 au 23.05.2013
Etape: 56 kms

                                                        

                                      Nuit franchement pas terrible,froid pénétrant,carcasse meurtrie par la dureté du sol,air saturé par l'odeur ovine qui me colle à la peau,et semble vouloir me poursuivre à jamais. Visage chiffonné,yeux bouffis,heureusement Patrick ne s'épouvante pas facilement et il y a fort longtemps que je ne questionne plus mon miroir pour savoir qui est la plus belle !!!!!! 





                                                    A l'extérieur,tout n'est qu'humidité,bucéphales dégoulinant,fumant,pelouse gelée,finalement peut-être pas si mauvaise la nuit!!!!!











                                                           Froid intense,mais soleil mirifique,paysages sublimes nimbés de leurs couleurs automnales luisant de tous leurs feux,montagnes se découpant clairement à l'horizon. Brin de causette avec Kevin avant de larguer les amarres. Bucéphale et Yackounet fumant tandis que les températures augmentent doucement,nature carte postale,collines mordorées,arbres dépouillés de leurs plus beaux atours, complètement dénudés ils devront affronter l'hiver qui étend inexorablement ses griffes au fil des jours,vignobles aux couleurs automnales sur fond de chaines montagneuses arides et austères,certaines déjà recouvertes de leurs blanc manteau nival,accompagnés des habituels quadrupèdes,moutons et vaches. La bonne surprise d'une route nationale point trop circulante se faufilant et se tortillant,nous offrant montées,descentes,virages.....































                                                       A la fin d'une grimpette bien sentie,Sedon,petit patelin tranquille,de magnifiques eucalyptus en fleur qui ne sont pas sans me rappeler l'Australie,école grouillante de marmailles et sa librairie en pleine réfection,accueil des plus sympathique,le personnel se met en quatre afin de nous fournir l'accès internet nécessaire à l'organisation un peu tardive de notre arrivée sur Blenheim. Nos amis Christiane et Richard ayant séjourné en Nouvelle Zélande il y a peu pour quelques vacances nous y ont laissé les coordonnées d'une famille que nous pouvons contacter.


                                 Après une longue descente ébouriffante,nous mettons pied à terre dans la ville de Blenheim sous un soleil toujours aussi éblouissant et une chaleur quasiment estivale,ah météo néo zélandaise quand tu le veux bien!!!!! 


                                          Première urgence la librairie et sa connection internet gratuite,résultat de notre organisation,une fois de plus chaotique et bien trop tardive,notre boîte e-mail est vierge de tout message,à vivre comme des romanos sans foi,ni loi nous en oublions parfois les réalités de notre monde actif,contraintes de temps,horaires, boulot....... Patientons tout de même,le hasard,comme le dit si bien un proverbe arabe est une loi qui voyage incognito. Avec la nuit qui étend son voile noire sur la ville,nous sommes bien obligés de nous rendre à l'évidence,il va falloir partir en chasse et improviser un de ces bivouac dont nous semblons avoir le secret !!!!!! Une douche qui ne serait pas de refus,le camping, 30 $ pour un carré de verdure prisonnier entre deux planches de bois,pris en sandwich entre les rails de chemin de fer et la route nationale,faut pas exagérer tout de même. Commence alors notre tournée des quartiers avec demande aux particuliers,Blenheim étant pourvu d'un grand nombre d'hébergements,les réponses négatives se suivent,tous nous renvoient sur les possibilités existantes,le désespoir n'est une fois de plus pas loin tout comme la nuit,mais c'est compter sans Kevin qui juché sur sa bicyclette se fait traîner par son chien. Freinage sur les chapeaux de roue,il évite la chute de justesse,une réponse qui n'est point négative,nous demande juste de le suivre,après une brève incursion à l'intérieur de sa maison,il s'en revient tout content et porteur d'une bonne nouvelle,nous pouvons planter notre guitoune sur sa pelouse,à la bonne heure tout est bien qui finit bien,comme dirait mon père il n'y a de la chance que pour la canaille. Il nous fournira deux bâches afin d'isoler le sol du froid et de l'humidité et s'en retourne chez-lui,chacun vaquant à ses occupations. Une fois de plus en prise avec le froid et l'humidité intense, soupes de nouilles qui nous réchauffent et donnent quelque répit à nos corps grelottants. En milieu de soirée, Kevin nous invite à prendre une boisson chaude à l'intérieur en compagnie de son épouse Delwyn et de ses deux enfants. Moment des plus agréable à papoter et faire connaissance aux côtés d'un bon feu de cheminée crépitant.


                                                          Nuit polaire,la forme n'est pas olympique au réveil,Delwyn nous invite cordialement pour le café et le petit déjeuner,l'occasion de consulter notre courrier électronique et la superbe surprise d'un message,nous sommes attendus par Sylvie et sa petite famille en fin d'après-midi,bah désormais la terre peut bien s'écrouler,je n'ai pas de souci à me faire pour savoir où je vais dormir ce soir.




                                        Blenheim,ville ordinaire,qui possède tous les attributs pratiques d'une vraie ville,sans n'avoir rien de vraiment attractif. Journée d'attente passée dans la douce chaleur de la librairie à tapoter sur notre clavier,avant de nous rendre chez Sylvie, maison située proche du centre bénéficiant du calme absolu de la périphérie. Simplicité et chaleur de l'accueil,je me sens traversée par un fort courant de sympathie,pas de chichi,une chambre nous attend,nous n'avons plus qu'à nous installer. Sylvie,suissesse de la Chaud de Fond est infirmière,installée en Nouvelle Zélande depuis de nombreuses années en compagnie de Craig,son époux menuisier et de leurs 3 filles,Chloé,Kim et Léa,sans oublier,le chien Zito(qui deviendra le compagnon des balades quotidiennes de Patrick) et le chat. Je ne sais par où commencer pour décrire cette magnifique famille et tout le bonheur vécu durant les 8 jours passés en leur compagnie.



















                                                           Grands moments de rigolade que leurs préparation et départ pour la soirée costumée!!!    

                                                     Un séjour qui se passera sous le signe de la chaleur humaine,générosité,harmonie je m'y inscris en ayant le sentiment d'avoir toujours vécu là dans la douceur de ce chaud cocon familial,j'y retrouve par ci,par là,des bribes de ma Suisse natale,tube de parfait,paquet de sugus,chocolat,hachoir à oignons qui n'existe nulle part ailleurs,qu'il est étrange de presque se sentir au pays aussi loin de lui!!!

                                                                  La journée,tout un chacun vaque à ses occupations,pour certains travail et école,pour d'autres,un peu de glandouille,quelques balades,confection d'un puzzle,lecture,film français …..... en bref à toutes ces petites choses qui paraissent ordinaires lorsqu'elles sont présentent au quotidien et qui prennent des allures de luxes lorsqu'elles sont si rares!!!!!

























                                                                               Le soir nous nous retrouvons,bavardons,parlons du pays, en confectionnant le repas que nous prenons tous ensemble autour de la grande table familiale. Moments de bonheur absolu au goût d'éternité.
Nous ne ferons,tout de même pas,que glander,la grande question de la suite à donner à notre voyage se pose à nouveau,tempête cérébrale,réflexion,Patrick passe des heures en minutieuses recherches sur l'ordinateur. Que voulons-nous,où désirons-nous aller,comme toujours ceci n'est pas très clair. La famille,les amis certes nous manquent énormément,après le Japon un billet destination Paris???? La chose est soupesée,les vols étudiés,pas un qui,pour diverses raisons,nous corresponde vraiment. Alors oui,il y a la France,mais il y a aussi tout le reste du monde et celui-ci est bien vaste,la Russie nous tenterait bien mais est définitivement à écarter,impossible d'en obtenir le visa,il y a tous ces pays de l'est qui seraient notre dernière escale sur le chemin du retour,mais tous passent par Moscou avec nécessité d'un visa de transit,à oublier également. Et finalement il y a également cette autre partie du monde que nous chérissons,tant,l'Asie qui comme à son habitude exerce sur nous une attraction quasiment incontournable. Patrick repart dans ses recherches,compare,trie,tente de faire correspondre les vols......une fois destinations et vols trouvés,tout cela apparaît soudain comme une évidence. Nous ne sommes définitivement pas encore prêts pour le retour et nous ne pouvions décemment rentrer au bercail sans avoir fait connaître à nos bucéphales,le Népal et l'Inde. Signes du hasard qui nous laisse un temps de réflexion supplémentaire,au moment du payement l'opération est impossible et doit être repoussée au lendemain,la nuit porte conseil !!!!! Au matin,notre décision n'a pas changé et grâce à la précieuse aide d'Anaïs,nous faisons l'acquisition de deux billets destination le Népal. Cela vous tente-il de nous y suivre après le Japon,j'entends de là déjà vos réflexions et questionnements,mais quand vont-ils donc finir par rentrer???Une petite réponse à la question?????

                                                                   *******

Partir c'est mourir un peu. Poursuivre le voyage,c'est peut-être ressusciter. Le vrai voyageurs,c'est celui qui jamais ne tente de revenir en arrière.
Jacques Renaud

                                                                   ******
                             Ne reste plus qu'à espèrer pour que nous ne soyions pas tout à fait des vrais voyageurs?????


                                     La météo est toujours aussi capricieuse,les jours de pluie sont plus nombreux que ceux de soleil,tout naturellement,Sylvie et Craig nous proposent de rester en leur compagnie jusqu'au moment de notre ferry à destination de l'île du nord. Jamais je ne pourrai les remercier suffisamment pour cette générosité si spontanée.

                             Ile du Nord

Wellington,le 24.05.2013
Etape: 35 kms


                                                                 Même longues les bonnes choses semblent toujours bien trop courtes,c'est la larme à l'oeil et le coeur en vrac que je prends congé de Sylvie,Craig,Chloé,Kim et Léa,rencontre bien trop belle pour que trop de mots la ternisse. Même,le chien,Zito semble tout attristé par la séparation.






                                         Froid piquant et soleil pimpant,lorsque nous enfourchons nos bucéphales,direction Picton et le ferry,destination, Wellington. Route quasiment plate,paysages splendides,chaînes montagneuses,vignobles,arbres aux sublimes couleurs automnales,forêts d'exploitation...... des paysages qui semblent toujours un peu pareils à force de les décrire et pourtant toujours si différents.









                                                                 Lors de notre arrivée à Picton,plus trace du beau soleil,éclatant,nuages noirs s'amoncelant dans le ciel,menace de pluie,notre pain quotidien. Picton ville portuaire,dans laquelle nous nous arrêtons le temps de sauter à bord du ferry.


                                         Superbe début de traversée,lorsque le navire s'enfile dans les fiords et son dédale de bras,accompagné par des bancs de dauphins Hector. Mer plutôt sympa, légère houle de travers,mais un vent tellement glacial et polaire qu'il nous chasse à l'intérieur du bateau.
































                                                                      Traversée d'une durée de 3 h 30,il fait déjà nuit lorsque nous mettons pied à terre à Wellington,capitale de la Nouvelle Zélande,même pas la peine d'imaginer y pédaler,ce serait bien trop dangereux. Pas vraiment de station de bus,plutôt galère pour trouver la bonne information,interpellons un bus et son chauffeur,malheureusement celui-ci est complet,mais possibilité d'acheter notre billet pour le lendemain au guichet de la gare ferroviaire. Une bonne surprise nous attend,un billet de bus à un prix défiant toute concurrence,29 $ pp,pour un trajet de 11 heures,le prix pour le transport de nos bucéphales est à discuter avec le chauffeur,la moins bonne nouvelle,le bus part demain matin à 9 h 10,nous allons passer la nuit dehors!!!!!!


                                             Il ne fait pas vraiment chaud,la nuit promet d'être longue,casse-croûte,déambulons en poussant nos bucéphales dans les rues de Wellington,bien vivantes en ce vendredi soir, bars bondés,musique sortant des discothèques,foule joyeuse envahissant les trottoirs,c'est beau une ville la nuit et celle-ci me paraît fort sympathique.



                                                    Fatigués de notre longue journée,nous trouvons refuge dans un abri bus non loin de la gare ferroviaire. Grelottants , tremblotants,nuit passée à tenter d'oublier le temps qui ne passe pas et à s'accrocher à l'idée que demain,bientôt,tout à l'heure il va faire jour. Nous partagerons notre petit espace avec un sans abri,fort sympathique qui semble habitué aux rigueurs de la vie et de la rue,son lit sera simplement composé de cartons et le tête à peine posée sur le sol,il se met à ronfler bruyamment,ne lui arrive pas à la cheville,encore bien du chemin à parcourir !!!!!!!
Désolée la seule photo de Wellington by night




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire