Ma photo
Le vrai domicile de l'homme n'est pas une maison mais la route,et la vie elle-même est un voyage à faire à pied. Bruce Chatwin

samedi 10 mars 2012

Vietnam Binh Chau-Long Hai du 5 au 7.02.2012


                                    Vietnam

Binh Chau,le 5.02.2012
Etape:115 kms


                                            Un réveil matinal,m'indique que ces quelques jours de repos,bien trop brefs sont terminés,il ne me reste plus qu'à revêtir mon bleu de travail. C'est la mort dans l'âme que j'enfourche mon bucéphale rutilant,Patrick n'est pas peu fier de lui,et quitte Mui Né qui recelait encore tant de promesses de balades,de repos.....Mais ce n'est pas le furet qui court,mais notre visa qui arrive déjà bientôt à échéance,décidément je n'arriverai jamais à m'y faire à toutes ces contraintes,temps,frontières....... et pourtant,mes choix de vie en ont largement écourté la liste.
                                     Faisant contre mauvaise fortune bon coeur,je m'adonne aux joies du pédalage sans souci retrouvé,nos bucéphales tournent comme de véritables horloges suisses(je n'ai plus d'excuse pour traîner la patte),je peux presque les entendre chanter de bonheur,ah que je les aime mes fidèles compagnons de route,23 ans pour l'un et 19 mois pour l'autre ce n'est pas rien,cela crée des liens.
La reprise n'est point trop dure,puisque nous retrouvons notre petite route côtière peu circulante,des chauffards,cela reste invariable, peu enclins à la pratique du klaxon. Mui Né est une petite bourgade qui s'étire très longuement(15 kms)le long de ses plages et bientôt je me rendrai compte de ce à quoi nous avons échappé en passant par le fameux dysney land et son pléthore d'hôtels,restaurants,boutiques.....un endroit qui fleure bon le fric et les vacances.
                                             Phan Tiet(170'000 habitants)sise sur les berges de la rivière du même nom,autrefois ville balnéaire en plein essor,cette dernière a été éclipsée par le succès de Mui Né,ville portuaire qui désormais vit de sa pêche et de sa production de nuoc man très réputé(16 à 17 millions de litres par an,je vous laisse imaginer les odeurs!!!!). Le centre ville est traversé par la rivière qui berce de nombreuses barques de pêcheurs bariolées,tandis qu'un marché de poissons vibrant et coloré est installé sur ses rives,voilà encore un endroit sympa où il aurait fait bon s'arrêter. Sur notre route un supermarché de quoi remplir la panse de nos montures avant de remplir les nôtres.
             










                    La chaleur ne nous laisse guère de répit,dès 9 h j'ai le sentiment d'être un poulet embroché qui grille inexorablement sous les rayons implacables de notre astre solaire. Les Vietnamiens qui craignent le soleil sont,pour l'affronter,habiller comme au pôle nord,masques,gants,chaussettes, le bronzage est loin d'être un critère de beauté,c'est la blancheur qui prime,preuve en est les rayons de produits cosmétiques qui regorgent de crèmes,laits pour le corps blanchissants!!!!!
                                                 Une route au modelé plat et sinueux nous emmène à travers marais salant où toute une horde de travailleurs masqués,gantés,bottés sont à pied d'oeuvre,pioches et pelles s'activent,les brouettes naviguent et les sacs s'empilent le long de la route.
Dans son ensemble une nature beaucoup plus sèche,un sol assoiffé, pauvre et sablonneux,les cocoteraies se raréfient cédant la place à de vastes vergers de longanier( arbre à feuilles persistantes,produisant le longane fruit tropicale de couleur rose à la délicieuse chaire juteuse,apparenté à le litchi),çà et là telles des apparitions éclatent soudain sous nos yeux émerveillés,les verts éblouissant,jaune pâle,eaux scintillantes de rizières à leurs divers stade d'évolution. Quelques troupeaux faméliques qui doivent sans doute rêver de nos verts pâturages nous regardent passer de leurs regard bovin en ruminant mollement leurs maigre pitance. Églises,temples bouddhistes et quelques mosquées pour l'ambiance spirituelle de cette étape.





                                 
             Malgré les nombreux litres de flotte,coca,thés que nous éclusons nous nous desséchons sur pied, langue pendante, guitares en coton, popotin en charpie,nos yeux louchent de plus en plus souvent sur les bords de la chaussée clignant à la recherche d'un panneau salvateur annonçant Nha Nghi(petit hôtel),mais rien de tel dans les bourgs et bourgades traversées,même nos demandes verbales ne reçoivent que réponses négatives. Nous continuons vaille que vaille,nous soutenant mutuellement tandis que les kilomètres continuent à défiler indépendamment de notre volonté. Le soleil est au nadir lorsqu'enfin se présente à nous la petite bourgade de Binh Chau,après une première et vaine tentative,nous dénichons enfin notre repaire nocturne,petit guest,style motel,un jeune patron tout sourire nous y accueille à bras ouvert,chambre propre et simple,une grenouille a élu domicile dans la salle-de-bains aux prix plus qu'abordable de 100'000 Dong(3,8 €), popotins soulagés, gambettes contentes,nous sommes tellement nases que nous
peinons à articuler le moindre mot et seuls des sourires béats viennent illuminés nos visages en guise de contentement. Une petite gargote pour satisfaire nos estomacs(pas d'appétit au cours de la journée,il fait tellement chaud,que notre alimentation est presque exclusivement liquide)et un bon lit 
mettront un heureux point final à cette journée de dur labeur!!!!!

















Long Hai,le 6-7.02.2012
Etape: 50 kms
                                           La tête embrumée,jambes et fesses certes délassées mais hésitant à se réjouir de cette nouvelle journée qui commence.
                                     Nous retrouvons notre petite route littorale,éloignée du bruit et de la fureur.Elle ondule plaisamment au gré du relief peu accentué. Mangroves et palétuviers pour la touche liquide et les couleurs joyeuses avant que la nature n'endosse à nouveau sa parure des longs mois de chaleur,végétation rabougrie,cactus,épineux,dunes de sable parsemées de quelques arbres broussailleux et ses troupeaux de ruminants faméliques. La mer refait son apparition après avoir joué les filles de l'air,une côte encore presque sauvage,émaillée de temps à autres d'immenses et luxueux complexes touristiques. Lentement mais sûrement les promoteurs immobiliers sont en train de mettre fin à cet état de grâce,ébauches de chantiers,panneaux publicitaires annonçant la naissance de nouveaux ensembles hôteliers,chantiers interrompus,sans doute pour des raisons pécuniaires sont un prélude à l'enlaidissement futur de ces lieux magiques.
                                                         Long Hai,petite bourgade de pêcheurs et cité balnéaire languissante dans la chaleur tropicale de ce début d'après-midi. Une rue principale bordée de petites échoppes,gargotes,nombreux petits hôtels,en ce milieu de semaine,nous n'avons que l'embarras du choix et trouverons sans difficulté une immense chambre confortable,T.V,eau chaude,limite luxe pour la somme de 150'000 Dong(5,5 €),une famille accueillante et sympathique,l'endroit est suffisamment plaisant pour que nous nous décidions à nous y accorder un jour de glandouille avant que notre visa vietnamien n'arrive à échéance,jour J moins –2 va pas falloir que l'on se loupe.
Paresse et glandouille de bon aloi pour moi,tandis que Patrick,toujours un poil plus courageux part en exploration. Il reviendra déconfit un rictus désappointé sur les lèvres. Endroit prisé par la population de Ho Chi Minh Ville,celle-ci débarque en masse au cours des weekend,une population à l'incivilité notoire elle ne montre pas plus de respect envers sa nature. Nous sommes mardi et une légion de nettoyeuses armées de râteaux s'affairent toujours tant bien que mal à faire disparaître les effarants monceaux de détritus innommables laissés par les visiteurs de la fin de semaine. Visions cauchemardesques,récurrentes qui nous auront accompagnées tout au long de notre séjour vietnamien,l'être humain reste difficile à comprendre et son comportement bien souvent inacceptable.





                               
                                     Une journée qui se déroule au rythme de nos envies,petite balade sur les plages situées à la sortie de la ville,l'endroit est plaisant et raisonnablement propre,une bande sableuse entrecoupée de quelques petites barres rocheuses où les cueilleuses de coquillages en tous genres s'en donnent à coeur joie. Tels de beaux bijoux coquillages et étoiles de mer jonchent le rivage,ce n'est pas l'envie qui me manque d'en remplir mes poches,mais poussin est là qui veille au grain,mon bucéphale est déjà si lourd!!!!!
                                                Cette journée torpide s'achèvera avec une bonne bière Saïgon bien fraîche avant que je ne prépare tout mon barda pour le lendemain,Patrick a d'ores et déjà annoncé la couleur,réveil matinal!!!!!!!!!














Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire