Ma photo
Le vrai domicile de l'homme n'est pas une maison mais la route,et la vie elle-même est un voyage à faire à pied. Bruce Chatwin

jeudi 15 mars 2012

Cambodge Kep sur mer du 9 au 15.03.2012


                            Cambodge

Kep sur mer,le 9.03.2012
Etape: 39 kms
 
                                                                          Nos vélos chargés de tout leurs barda,les neurones remis en place par un délicieux café vietnamien au goût liquoreux,véritable bombe calorique,caféïnée,c'est sous le regard ahuri et intéressé de quelques locaux que nous nous mettons au guidon de nos montures.
                                               Ha Tien,bourgade vietnamienne vibrant d'une joyeuse agitation colorée,qui semble des plus plaisante,située dans le delta du Mékong(c'est malheureusement le seul aperçu que nous en aurons),elle est entourée de magnifiques petites collines poilues et de formation karstique,aurait sans aucun doute méritée une exploration,mais n'avons vraiment plus le temps.
Nous empruntons une petite départementale,plate, bordée par un des nombreux méandre du Mékong berçant quelques barques de bois à travers une campagne sèche émaillée de collines,formations karstiques,quelques petites masures proches de l'insalubrité composées de tout un bric à broc et de quelques troupeaux faméliques pour parachever le tout.
                                       











                                    A la frontière pas de banque pour y changer nos devises excédentaires,Patrick fera machine arrière pour dégotter dans le petit marché local,une petite cabanes de bois où il pourra échanger nos derniers Dong contre des Riels(monnaie cambodgienne),impossible cependant d'y changer des Euros contre des Riels.
                                               Nous sommes parés pour le passage de frontière. Côté vietnamien,la douane de Xa Xia,ouverte depuis peu au trafic international,pourrait presque en porter le nom,des formalités on ne peut plus simples,les tampons sont apposés diligemment sur nos passeport et pouvons sans autre forme de procès sortir du Vietnam et faire notre entrée au Cambodge. Côté cambodgien,la douane de Prek Chak,une misérable cahute,des douaniers à la pelle en train de choisir leurs billets de loterie,pas d'ordinateur,ceux-ci inspectent nos passeports comme si ils ne savaient pas lire,remplissons un formulaire d'entrée,ils s'attarderont un peu sur mon passeports,ne jetteront qu'un vague coup d'oeil sur celui de Patrick avant d'apposer le sésame d'entrée dans le pays. Nous sommes libres comme l'air et de notre passage à la frontière ne subsistera aucune trace à part celui du tampon qui orne une des page de nos passeports.
                                                                Une fois la frontière passée,changement radical de décor. Une piste de latérite orange,quelques masures au milieu desquelles trônent de manière hallucinante quelques immenses casinos flambant neufs. A l'horizon toujours aucune banque????? La prochaine petite bourgade,Kep sur mer se trouve à quelques 30 kms de là,nous aviserons à ce moment là.
                            Le Cambodge
Petit pays,580 kms d'est en ouest,450 kms du nord au sud.
Population:14,5 millions d'habitants.
Taux de croissance annuel de 2%,la population atteindra les 20 millions d'âmes en 2025.
Espérance de vie:62 ans.
Taux de mortalité infantile: 5 pour mille.
Taux d'alphabétisation:76,3%.
Nombre de moines au Cambodge:60'000.
Nombre de psychiatres:26.
Nombre de bombes larguée sur le Cambodge:539'00 tonnes.
Sa capitale,Phnom Penh(2 millions d'habitants),plus grande ville du pays. Sa monnaie,le Riel 1€=~5'200 Riel.
                                                               Une économie traumatisé par des décades de conflits,le Cambodge est un des pays les plus pauvre d'Asie,décrit comme un gecko en comparaison de ses voisins les dragons. La pauvreté est sans aucun doute le premier des grand changement que nous remarquons en foulant le sol cambodgien,une nature assoiffée en cette presque fin de saison sèche,des troupeaux faméliques,des maisons on ne plus sommaires. La route nous offrira toute la gamme des revêtements existant,allant de la route de terre à la route flambant neuve en passant par des pistes de latérite et des routes tressautantes et amplement raccommodées. Notre trajet à travers une belle campagnes,abondamment arborée,jalonnée de petites collines,revêt des airs réellement bucoliques en ce jour,nous retrouvons enfin le bonheur de pédaler sur des routes quasiment exemptes de circulation,à l'exception de quelques motos,voitures et camions. Quel repos pour mes sens toujours à l'affût au cours de ce dernier mois. S'ajoute au bonheur du calme retrouvé,la félicité de magnifiques sourires éclatants et spontanés,une population d'une douceur extrême qui après nous avoir observés,quelque peu médusés,nous salue de tonitruants hellos,une belle marmaille toute d'ingénuité et de fraîcheur. Je suis de retour au port,je me sens pousser des ailes,en un mot je me sens heureuse et mesure d'un seul coup d'un seul tout ce qui m'a manqué durant ce mois passé au Vietnam.
                                                         Kep sur mer,quasiment une promenade de santé,petite bourgade de 4'000 habitants,fut fondée en 1908 comme une retraite pour l'élite coloniale française,cédant la place aux hauts dirigeants cambodgiens dans les années 1960 avant que,dans les années 1980 les Khmers ne pillent et saccagent les lieux. A l'heure actuelle,un grand nombre de villas dont il ne reste plus que le squelette, seuls vestiges d'une époque riche et révolue ayant rencontré une fin aussi soudaine que violente. Sise sur les bords du golfe de Thaïlande entourée de petites collines arborées,alanguie sous la chaleur écrasante(entre 35 et 39°C)elle respire calme et sérénité,tout ce à quoi nous aspirons en ce moment. Station balnéaire,qui après plusieurs faux départs,semble renaître de ses cendres, grâce à la population de la capitale et les expatriés qui envahissent les lieux durant le weekend et les vacances,mais le manque de plage(nous nous en rendrons compte plus tard)rendant la baignade des plus hasardeuse ne permettra sans doute jamais à la petite bourgade de se développer à un niveau international. Nous y trouvons un guest,Le Lida Khmer House,magnifiquement arrangé dans une maison de bois,entouré de verdure,l'endroit nous plaît et nous y négocions d'emblée une semaine de séjour,pour 6 $ la nuit. Ne nous reste plus qu'à organiser notre petite vie.            
                                                  Désargentés, nous nous enquérons en premier lieu de l'existence d'une banque et à notre grande stupéfaction,pas plus de banque que de DAB dans le patelin,la plus proche se situe à Kampot à quelques 25 kms. Nous sommes vendredi après-midi,il nous faudra attendre le lundi et subsister avec nos maigres ressources jusqu'à ce jour. La chose ne s’avérera pas évidente,Kep étant essentiellement une destination touristique,les prix y sont plus élevés que dans le reste du pays et y trouver de petites gargotes,échoppes,mission impossible,heureusement il nous reste quelques provisions de nos derniers achats Vietnamiens.
                                                          Après un weekend tranquille(à part les travaux effectués dans le guest qui nous tirent du pieu dès 6 h du matin),nous errons et glandouillons dans un grand état de mollesse,léthargie mais aussi d'irritabilité,comme si au cours de notre séjour vietnamien nous avions accumulé les tensions qui ne demandent plus qu'à s'exprimer maintenant que nous lâchons prise. Le lundi arrive enfin,ne nous reste plus qu'à enfourcher nos valeureux destriers afin de nous rendre à Kampot.
                                  
















                                              Kampot
                                                            Kampot(33'000 habitants),petite bourgade endormie sise sur les bords de la rivière Prek Kampot,ancienne ville coloniale française,elle recèle encore grand nombre de beaux exemples architecturaux de l'époque,dont certains magnifiquement restaurés. Une athmosphère des plus détendue,un magnifique marché local,des gargotes et échoppes en abondance,l'endroit est des plus plaisant.
                                                   Au Cambodge,bien avant le Riel,le billet vert est le roi incontestable,tout un chacun l'accepte sans problème aucun, nous rendant la monnaie bien évidemment en Riel. Les banques ne font pas exception. Pour effectuer le change Euro Riel ceux-ci sont tout d'abord transformés en dollars avant d'être converti en Riel??? Nous nous contenterons,bien que cela ne nous plaise guère,de la transaction Euro-Dollars.
                                                 Espèces sonnantes et trébuchantes en poche nous nous ruons vers la première gargote venue afin de calmer nos estomacs quelque peu mis à mal au cours de ce weekend frugale,avant de remplir nos sacoches,de pain,bananes,mangues......et de regagner nos pénates.

Le reste de notre semaine se passera sous le signe de la paresse,mise en place prise de tête de la suite de notre voyage et d'une petite bière sirotée dans la plus que relative fraîcheur de fin de journée. Seul regret ne pas avoir pu nous adonner au joie de la baignade,mais ceci n'est que partie remise.
                                


















                                                                           Le départ est prévu pour demain et tandis que je mets à jour le blog,Patrick s'en est allé vaillamment à Kampot pour effectuer nos provisions de route. Enfin posés et raisonnablement en forme,il va nous falloir tout de même un peu de courage pour reprendre la route en direction de la capitale,sous cette chaleur accablante. Heureuse de repartir à la découverte mais pas franchement joyeuse à l'idée de devoir affronter le trafic urbain qui si j'en crois les rumeurs est des plus dense et chaotique,à bientôt pour la suite de notre périple!!!! Derniers clichés ramenés par Patrick suite à sa visite au marché de Kampot.


















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire